Les USINES LAINE ou CAYENNE à RETHEL
(Documents et archives de François Guérin)

Dernièrement, et après bien des atermoiements, le Pays Rethélois a validé la rénovation du bâtiment CAYENNE dont la structure commençait à présenter un délabrement avancé. Construit au début de l'activité de la filature en 1850, un avis contraire des Bâtiments de France il y a une trentaine d'années avait empêché sa destruction par la Municipalité.

Pour m'être rendu à l'époque dans ce bâtiment, je me souviens avoir été impressionné après avoir monté un escalier tournant en bois, par la charpente très imposante formée d'arceaux de bois faisant penser à une coque de bateau retournée. Une autre bâtisse démolie dans les années 1970, construite en forme de Té à la même époque existait juste à l'angle de la route d'Écly et de Novion-Porcien et servait de logements pour des ouvriers de la filature. C'est donc en 1850 que les frères MAQUET font construire une usine de tissage et de filage à l'extrémité de la ville dont l'emplacement loin du centre fait que les habitants la surnomme vite du nom de CAYENNE, ce qui peut se traduire par "au bout du monde".
En 1863, l'usine est rachetée par les frères GIVELET et modernisée avec le remplacement de nouveaux métiers à tisser. C'est en 1901 que Gaston LAINE reprend l'entreprise et son activité se spécialise dans la production de flanelle et tissus pour robes et cotonnades. Les nombreux ateliers de plein pied avec leurs toits en dents de scie, dominés par la haute cheminée en son centre, couvraient une vaste surface au nord-ouest du bâtiment principal. Par une porte imposante, l'entrée des ouvriers se faisait par la route d'Écly, à proximité des bureaux de l'usine.
À la veille de 1914, quelque 300 ouvriers vont y travailler. Avec l'arrivée des Allemands et leurs troupes d'occupation, l'usine qui avait été épargnée de la destruction va être vandalisée et les machines enlevées pour être détruites ou prendre le chemin de l'Allemagne. Beaucoup de Rethélois l'ignorent, mais CAYENNE va servir de prison de 1914 à 1918, notamment pour emprisonner des réfugiés civils venant de villages de la Marne ou du Nord qui se situaient à proximité du front. De nombreuses personnes vont y décéder, et de nos jours, on peut encore déchiffrer les messages, dates ou adresses inscrites au crayon sur les boiseries rappelant cette triste période. En décembre 1918, le bâtiment "CAYENNE" va servir de cantine-salle de nuit pour les réfugiés de passage, d'asile pour les vieillards, et d'orphelinat pour les enfants abandonnés.
Le 15 mai 1922, l'usine LAINE reconstituée reprend son activité. La même année près du chemin de la Pépinière, Mr LAINE fait construire une rangée de quatre groupes de maisons pour le logement de ses ouvriers. En 1939, l'usine compte 5300 broches et 204 métiers à tisser qui produisent de la flanelle de laine "dite de REIMS" et emploie 120 ouvriers. L'usine tourne au ralenti pendant la 2è guerre par manque de matières premières et aussi dû à des problèmes concernant le faible voltage du courant électrique. La mort de Mr LAINE va entrainer rapidement la fermeture du tissage puis de la filature en Juillet 1953 en mettant au chômage 80 personnes y travaillant. L'usine fermera définitivement ses portes en Octobre 1954. En 1957, le matériel de l'usine va être vendu à un industriel Turc pour être acheminé par chemin de fer à ISTANBUL.

Notes : Sources Bull.Musée Rethel n° 30 - Notes Dr MEUGY et personnelles.


François GUERIN

ESCAPADES
vous propose
CURIOSITE- HISTOIRE,
le SAVIEZ-VOUS...

de François Guérin


ESCAPADES

c'est aussi:

Le Reportage photos
de votre mariage

Tél : 03 24 38 06 70
Accueil

Cliquez sur la photo de
votre choix pour l'agrandir

Le portail d'entrée route d'Écly
L'usine LAINE en 1905
Un atelier vers 1950
L'usine LAINE en 1905